Newsletter #5 | August 2023

Read the fifth edition of our newsletter

Welcome to our Latin American and Caribbean special edition newsletter, where we delve into the transformative power of Integrated Landscape Management (ILM) as showcased in our programme’s 7 projects across 16 countries in Latin America and the Caribbean. 

Clockwise from top right: Les Pitons and town of Soufriere in Saint Lucia, OECS. Aerial view of Bahía Negra town, on the banks of the Paraguay River. Organic panela production and donkeys in Ecuador. Cattle rancher in San Ignacio de Velasco in Bolivia. Cattle ranch  in Honduras. Signage in Ecuador. Photos by Peter Cronkleton and Natalia Cisneros/CIFOR-ICRAF. 

View or download more photos and videos from our image archive here.


REFLECTIONS FROM THE FIELD

ILM in LAC

The Central Component’s Natalia Cisneros meets with Mi Biósfera team members during our learning visit to Honduras. Photo by Peter Cronkleton/CIFOR-ICRAF 

We, the Central Component, see six critical elements in the ILM process. To see them in action, you need look no further than our programme’s remarkable Latin American and Caribbean projects, which have embraced integrated landscape approaches to revolutionize land use practices, conserve biodiversity and foster sustainable development.


KNOWLEDGE

Can ILM contribute to sustainable cattle ranching?  And vice versa?

Chiquitanía landscape of Bolivia. Image by GIZ/Paisajes Resilientes 

In recent years, strategies to promote sustainable alternatives to conventional ranching have emerged, aiming to mitigate and adapt to the effects of climate change, reduce deforestation, conserve vulnerable ecosystems, and mitigate impacts from cattle production. Achieving these objectives often involves endorsing enhanced practices, implementing robust monitoring systems, and fostering collaboration among various stakeholders. ILM could enable pathways to achieving impact at scale.


Landscape Learning Session #2: Criteria, Indicators & Tools of ILM

Watch the webinar

Despite its application over the past few decades in various contexts to harmonize conflicting land management goals such as development and conservation, there remains no systematic framework to guide the implementation, monitoring, and evaluation of ILM projects. 

We set out to fix that, conducting a global review to propose such a framework. This learning event presented the results of this review and delved into two examples of monitoring tools applied in ILM projects. 


RESOURCES

MSF fatigue? How to design for context, inclusion and effectiveness

A tale of two Brazilian states leads us to really useful tips to design meaningful, inclusive platforms for transformation. In the 1990s and early 2000s – in response to calls for participatory land-use planning and concerns about deforestation – Brazil’s state governments began to carry out Ecological-Economic Zoning processes to  collectively lay out land-use plans that were inclusive and sustainable. These processes were mandated to be developed and implemented using multi-stakeholder participatory mechanisms. 

Two states ended up with very different results. Explore the lessons to be learned through this curation of research and interviews, and download at-a-glance factsheets with tips on how to how to manage power, politics and participation in your own multi-stakeholder processes. 

We often take too much for granted in MSPs. Some considerations are simple – like changing where the platform is held, or adjusting seating arrangements – and some require deeper strategic thinking. Our research has unearthed a host of practical steps that convenors can take to help empower marginalised stakeholders and create lasting impact. 

 Anne Larson on CIFOR-ICRAF’s info sheets and how-to guides

Les éléments clés de la GIP à l’œuvre dans nos projets en Amérique latine et dans les Caraïbes

Nous ne cessons de le dire, ils le montrent.
Paysage de la Chiquitanie.

Notre expérience suggère que la gestion intégrée du paysage est un processus de gestion des demandes concurrentes sur les terres par la mise en œuvre de systèmes de gestion adaptatifs et intégrés.

Associée à des interventions techniques bien planifiées et exécutées, la GIP permet de gérer la multifonctionnalité du paysage et d’en saisir et distribuer les avantages pour la société et l’environnement.

Paysages pour notre avenir Composante centrale

Nous voyons six éléments essentiels dans le processus de gestion intégrée du paysage (GIP). Pour les voir à l’œuvre, il suffit de regarder les remarquables projets de notre programme en Amérique latine et dans les Caraïbes, qui ont adopté l’approche de la GIP pour révolutionner les pratiques d’utilisation des terres, préserver la biodiversité et favoriser le développement durable.

Il est important de comprendre ce que nous intégrons et gérons en matière de la GIP. De notre point de vue, ce sont les personnes qui revendiquent le paysage qui comptent. C’est pourquoi les deux premiers ingrédients de notre GIP sont axés sur les parties prenantes. Nous les voyons s’organiser autour d’une vision commune, qu’ils cherchent à atteindre grâce à une gestion adaptative et à la bonne combinaison d’outils. Enfin, comme le processus fonctionne bien, il est institutionnalisé


Kim Geheb, coordinateur du volet central de la LFF

🇧🇴 Bolivie : Paisajes Resilientes

A propos du projet

Le département de Santa Cruz fait partie du bassin amazonien et comprend une grande partie des forêts de plaine de la Bolivie. Il abrite de nombreuses communautés autochtones et de petits exploitants agricoles qui sont très vulnérables à la pauvreté et aux risques liés au climat. Le département contient 78% de la biodiversité de la Bolivie et soutient 70% de la production agricole du pays.

Le projet Paisajes Resilientes en la Chiquitanía (Paysages résilients dans la Chiquitanie), géré et mis en œuvre par la GIZ, a fait des progrès prometteurs en matière d’AIT pour faire face aux impacts du changement climatique dans la plus grande forêt tropicale sèche préservée au monde et sur les moyens de subsistance des populations dans les bassins hydrographiques voisins. Il se concentre sur la promotion de la sécurité de l’eau et de la production tout en renforçant les structures de gouvernance et les activités socio-économiques durables.

Éléments clés de la GIP

Identification des parties prenantes

L’un des principaux atouts du projet Paisajes Resilientes réside dans ses exercices de cartographie des parties prenantes. Le projet utilise l’outil complet Capacity Works pour identifier et impliquer les parties prenantes pertinentes dans le paysage. Cet outil permet au projet d’évaluer les capacités et les rôles des différentes parties prenantes, en garantissant leur implication active et leur participation significative aux processus de prise de décision. En cartographiant les parties prenantes et en comprenant leurs capacités, le projet favorise une collaboration plus étroite, renforce l’appropriation locale et améliore l’efficacité globale et la durabilité de ses interventions.

Forums plurilatéraux (MSF)

Il n’existe pas de MSF couvrant l’ensemble du paysage ou fonctionnant à l’échelle des deux bassins versants constituant la zone du projet. Cependant, il existe plusieurs plates-formes qui fournissent des bases naissantes pour les MSF au sein des sous-unités de la zone du projet. Dans chaque sous-bassin hydrographique, l’équipe de Paisajes Resilientes a formé ou réactivé des comités de gestion qui sont des plateformes composées principalement de représentants des communautés participant à leurs activités pilotes, mais aussi d’autres acteurs gouvernementaux, tels que les agences municipales, le conseil municipal et la sub-gobernación (gouvernement provincial). Chaque comité de gestion fonctionne de manière autonome sans coordination avec les autres.

Dans le sous-bassin versant de l’Alto Paraguá, l’équipe de Paisajes Resilientes a soutenu la création de la MSF, en renforçant l’Asamblea Distrito (Assemblée du 8e district), qui la dirige. Dans le Bajo Paraguá et à Tarvo, Paisajes Resilientes a soutenu le renforcement des MSF existantes ; et dans le sous-bassin versant de l’Alta, Paisajes Resilientes a été à l’origine de la réactivation de la MSF. Les représentants des communautés participent également à l’Asamblea Districto 8, qui rassemble les représentants des cabildos des communautés du sous-bassin hydrographique d’Alto-Paraguá.

Les comités de gestion disposent de statuts et de règlements conçus spécifiquement pour chaque sous-bassin hydrographique. Dans la plupart des cas, les comités de gestion se réunissent tous les mois, et l’équipe du CLR y participe de temps à autre, pour présenter les avancées liées à leur projet.

Ces MSF peuvent ouvrir la voie à une prise de décision inclusive et à une collaboration potentielle, amplifiant ainsi l’impact du projet.

Vision commune

L’équipe de Paisajes Resilientes a organisé une série d’ateliers pour renforcer la collaboration entre les parties prenantes autour d’un programme commun. En signant un accord de collaboration avec le gouvernement départemental de Santa Cruz, le projet a facilité une réunion intersectorielle avec des représentants de différentes agences du gouvernement départemental afin de dialoguer sur les besoins et les problèmes urgents à résoudre. Cette réunion a été suivie d’un atelier avec les parties prenantes du secteur privé et du secteur financier.

Gestion itérative et adaptative

Le projet Paisajes Resilientes témoigne d’un engagement fort en faveur de la réflexion, de l’apprentissage et de l’adaptation tout au long de sa mise en œuvre. Conscient de la complexité et des incertitudes liées à la gestion des ressources naturelles et des écosystèmes, le projet évalue en permanence l’efficacité de ses stratégies, s’adapte à l’évolution des circonstances et intègre les nouvelles connaissances et les perspectives des communautés dans les processus de prise de décision. Cet engagement est évident dans la sélection et la conception des projets pilotes, qui ont été ajustés en fonction des réalités rencontrées sur le terrain. Par exemple, les échanges de femmes dirigeantes autochtones, initialement prévus comme un événement unique, ont été étendus à plusieurs réunions en raison de leur réaction positive. De même, l’inclusion de l’apiculture et de l’éducation à l’environnement dans le programme de communication, qui n’avaient pas été définies au départ dans la conception du projet, reflète la planification adaptative et la réactivité du projet.

En outre, le projet Paisajes Resilientes met fortement l’accent sur le partage des connaissances et l’apprentissage. Il facilite l’échange d’expériences, de bonnes pratiques et de leçons apprises entre les différentes parties prenantes, y compris les communautés locales, les agences gouvernementales et les organisations partenaires. Cette approche d’apprentissage collaboratif permet au projet de tirer parti de la connaissance collective, de s’appuyer sur des approches réussies et d’adapter les stratégies sur la base d’expériences partagées. En favorisant une culture de l’apprentissage et de l’amélioration continue, le projet renforce sa capacité à relever des défis complexes, à promouvoir l’innovation et à assurer la durabilité à long terme des paysages dans lesquels il travaille.

Institutionnalisation

Le projet excelle également à cultiver des partenariats avec les acteurs gouvernementaux locaux et régionaux responsables de la gestion du paysage. L’assemblée départementale de Santa Cruz, un organe législatif qui approuve les politiques départementales, s’est étroitement alignée sur les objectifs du projet, ce qui constitue une base solide pour un changement transformateur. De même, le gouvernement municipal de San Ignacio de Velasco, qui a pour mission de fournir des services essentiels et des travaux publics, est apparu comme un allié solide, favorisant une dynamique locale positive. Ces partenariats renforcent le potentiel d’impact du projet, en impliquant les parties prenantes qui ont le pouvoir d’apporter des changements dans le paysage.

En savoir plus sur ce projet

L’un des points forts du projet Paisajes Resilientes est l’adoption d’une approche imbriquée de la gestion des paysages. Reconnaissant la complexité et l’échelle des paysages concernés, le projet divise les zones en sous-bassins versants. Cette approche permet une mise en œuvre plus ciblée des interventions au sein d’unités écologiques spécifiques. En tenant compte des caractéristiques et des défis propres à chaque sous-bassin hydrographique, l’équipe du projet adapte ses stratégies et ses actions aux besoins et aux possibilités spécifiques des différentes zones, renforçant ainsi l’efficacité et l’impact de ses interventions. En outre, la mise en place de comités de gestion des sous-bassins hydrographiques, qui servent de plateforme multipartite permettant à diverses parties prenantes de se réunir – même celles qui interagissent rarement dans le paysage – ouvre la voie à une prise de décision inclusive et à une collaboration potentielle, amplifiant ainsi l’impact du projet.


🇧🇷 🇵🇾 Brésil/Paraguay : CERES

Vue aérienne de la ville de Bahía Negra, sur les rives du fleuve Paraguay. Photo du WWF Paraguay.

A propos de ce projet

Un projet remarquable en Amérique latine et dans les Caraïbes est le projet Cerrado Resiliente (Cerrado résilient), CERES. Dirigé par le WWF Brésil, le WWF Paraguay et l’Institut pour la préservation et la promotion des peuples indigènes, CERES est un projet holistique qui se concentre sur les interconnexions complexes entre l’agriculture, les ressources naturelles et les moyens de subsistance ruraux.

Le biome Cerrado est la savane la plus riche en biodiversité au monde, couvrant plus de 2 millions de km2 au Brésil et au Paraguay. Il abrite 83 groupes et communautés indigènes différents, qui ont reçu des degrés divers de reconnaissance et de propriété foncière. Le Cerrado fournit des services écosystémiques cruciaux à l’échelle nationale, régionale et mondiale, fournissant 70 % de la production agricole du pays et 44 % de ses exportations.

Éléments clés de la GIP

Forums plurilatéraux (MSF)

En réunissant diverses parties prenantes, notamment des agriculteurs, des chercheurs et des décideurs politiques, CERES crée une plateforme de collaboration pour l’échange de connaissances et l’action.

CERES reconnaît également l’importance de la promotion des chaînes de valeur durables dans l’utilisation responsable des terres. Grâce à sa collaboration avec l’initiative Tamo de Olho, le CERES renforce encore son impact. Tamo de Olho (qui signifie « Nous observons » en portugais) est un programme de surveillance communautaire qui implique les communautés locales dans la collecte et l’analyse de données relatives à l’utilisation des terres, à la déforestation et à la conservation. En faisant participer activement les communautés aux efforts de surveillance, CERES favorise un sentiment d’appropriation et renforce les systèmes de connaissance locaux.

Le WWF Paraguay, responsable de la mise en œuvre du projet CERES dans le paysage de l’Alto Paraguay, a réussi à impliquer les petits, moyens et grands ranchs par le biais d’une plateforme multipartite qui met en évidence les intérêts communs des parties prenantes. Les efforts du WWF Paraguay ont abouti à une collaboration significative entre divers groupes de parties prenantes, en se concentrant sur le plan de gestion de l’utilisation des terres du district de Bahía Negra, connu sous le nom de POUT (Plan De Ordenamiento Urbano y Territorial).

La table ronde du POUT a été créée en tant que MSF pour soutenir le processus du POUT. Il a facilité le dialogue et le retour d’informations de la part d’un large éventail de gouvernements, du secteur privé, d’associations de producteurs, de communautés indigènes et d’ONG dans le paysage. Leur participation était motivée par le désir de voir leurs intérêts représentés dans le processus final d’aménagement du territoire. Valentina Bedoya, responsable des paysages durables au WWF Paraguay, souligne que la table ronde du POUT, initialement créée avec un objectif spécifique, est devenue un point d’entrée pour un dialogue multipartite qui faisait auparavant défaut dans le paysage.

La table ronde du POUT s’est avérée être un mécanisme efficace de prise de décision participative et de recherche de consensus concernant l’utilisation des terres sur le territoire, un sujet sensible car il touche aux moyens de subsistance de la population. Toutefois, Patricia Roche, spécialiste de projet au WWF Paraguay, a tiré un enseignement important de cette expérience : il est nécessaire de donner aux autorités gouvernementales les moyens de diriger efficacement ces espaces. Comme le souligne Roche, « il est essentiel que ces plateformes soient dirigées et convoquées par les autorités locales ou nationales, car certains groupes d’intérêt peuvent considérer les ONG internationales comme des étrangers ayant des préjugés en matière de conservation qui pourraient influencer les résultats ».

Institutionnalisation

Le CERES a réussi à établir des partenariats avec des agences gouvernementales, des organisations locales et des communautés indigènes, favorisant ainsi une approche collaborative de la gestion intégrée des paysages. Cette institutionnalisation garantit que les stratégies et les initiatives du projet sont intégrées dans les cadres, les politiques et les structures de gouvernance existants, ce qui conduit à une durabilité et à un impact à long terme.

En savoir plus sur ce projet

CERES se distingue par sa capacité à soutenir la prise de décision, en fournissant aux parties prenantes des outils et des connaissances précieux pour faire des choix éclairés. En s’appuyant sur des technologies de pointe telles que la télédétection et l’analyse de données, CERES guide la prise de décision en connaissance de cause et optimise l’utilisation des ressources. Par exemple, le projet utilise l’imagerie satellitaire pour évaluer les changements dans l’occupation des sols et identifier les zones prioritaires pour les efforts de conservation et de restauration. CERES met également l’accent sur l’agriculture de précision, permettant aux agriculteurs d’adopter des pratiques durables adaptées à leurs paysages et défis spécifiques.

Grâce à ses efforts de recherche et de surveillance, CERES produit des données fiables sur l’utilisation des sols, la biodiversité et les services écosystémiques, ce qui permet de prendre des décisions fondées sur des données probantes. Cette approche aide les parties prenantes à comprendre les impacts sociaux, économiques et environnementaux potentiels des différentes pratiques de gestion des terres et guide le développement de stratégies durables. En outre, le CERES facilite le renforcement des capacités et l’échange de connaissances entre les parties prenantes, en leur donnant les moyens de participer activement aux processus décisionnels et de mettre en œuvre des solutions efficaces en matière de GIP.

CERES favorise la transparence et la responsabilité tout au long des chaînes de valeur, encourageant une production et une consommation responsables. En promouvant l’approvisionnement durable et la traçabilité, CERES s’assure que les produits qui arrivent sur le marché sont fabriqués de manière à préserver les écosystèmes, à respecter les droits des travailleurs et à contribuer au bien-être des communautés locales. La coopérative Central do Cerrado, un partenaire clé soutenu par le projet CERES, représente une entreprise collective combinant plusieurs parties prenantes pour développer et maintenir une chaîne de valeur productive avec des produits remarquables qui comprennent des produits forestiers non ligneux (PFNL) sauvages et endémiques, tels que la noix de barú, très prisée, qui est récoltée dans la nature. Cette initiative a gagné en popularité auprès des consommateurs, qui accordent de plus en plus d’importance aux produits éthiques et respectueux de l’environnement. En promouvant des chaînes de valeur durables, CERES contribue à la viabilité économique de la gestion intégrée des paysages, en créant des incitations commerciales pour des pratiques durables et en soutenant les moyens de subsistance des communautés locales.

En savoir plus sur l’élevage durable de bovins dans le cadre du projet CERES.


🇨🇴 Colombie : Paisajes Sostenibles

A propos de ce projet

Paisajes Sostenibles (Paysages durables) est un projet en Colombie coordonné par la FAO. Il vise à promouvoir des pratiques durables de gestion des terres et des ressources, la conservation de la biodiversité et l’amélioration des moyens de subsistance des communautés locales. En intégrant les dimensions sociales, économiques et environnementales, le projet cherche à atteindre un équilibre entre la conservation et le développement dans deux paysages : les Caraïbes colombiennes et les Andes centrales.

Le projet fait partie d’une initiative privée-publique plus vaste appelée Herencia Colombia (HeCo), dirigée par le ministère de l’environnement et du développement durable et les parcs naturels nationaux. Les autres partenaires du projet sont le WWF Colombie, l’Institut de recherche marine et côtière José Benito Vives de Andréis (INVEMAR) et l’Instituto Alexander von Humboldt.

Éléments clés de la GIP

Vision commune

En se concentrant sur le paysage des Caraïbes, INVEMAR joue un rôle essentiel dans l’instauration d’un climat de confiance et le soutien à des moyens de subsistance durables au sein des communautés vulnérables. INVEMAR collabore par exemple avec les communautés palafittiques de la région de Ciénaga Grande de Santa Marta. Ces communautés, qui dépendent fortement de la pêche, ont été fortement touchées par le changement climatique et le conflit armé. Grâce à des programmes de renforcement des capacités, au développement des infrastructures et au soutien à la commercialisation, INVEMAR permet à ces communautés de créer des entreprises d’écotourisme durables. Ces initiatives offrent non seulement des sources de revenus alternatives, mais contribuent également à la conservation des écosystèmes et du patrimoine culturel. L’approche holistique d’INVEMAR, qui intègre des efforts de rétablissement de la confiance et des possibilités de moyens de subsistance durables, garantit le bien-être et la résilience de ces communautés.

Solutions et outils techniques

L’une des caractéristiques du projet Paisajes Sostenibles est la plateforme de durabilité financière pour les entrepreneurs, dirigée par le WWF Colombie. Cette plateforme dynamique permet aux entrepreneurs locaux impliqués dans des activités durables au sein des paysages du projet de se prendre en charge. En fournissant un accès au financement, à l’assistance technique et au mentorat, le WWF Colombie soutient la croissance des entreprises respectueuses de l’environnement. Grâce à cette plateforme, les entrepreneurs peuvent acquérir des moyens de subsistance durables tout en contribuant à la conservation des ressources naturelles, créant ainsi un scénario gagnant-gagnant à la fois pour les communautés et pour l’environnement.


🇪🇨 Équateur : Paisajes Andinos

A propos du projet

Le projet Paisajes Andinos vise à utiliser une approche intégrée des paysages pour promouvoir des moyens de subsistance durables et protéger les services écosystémiques andins. Mis en œuvre par l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture, en collaboration avec le ministère de l’environnement, de l’eau et de la transition écologique et le ministère de l’agriculture et de l’élevage, il opère dans plusieurs paroisses de quatre provinces de l’Équateur, en collaboration avec des associations et des communautés locales, afin de mettre en œuvre une série d’activités qui soutiennent l’agriculture biologique, le développement de la chaîne de valeur, le renforcement des capacités et l’accès au marché pour les produits agricoles.

Éléments clés de la GIP

Forums multipartites (MSF)

e projet Paisajes Andinos participe activement aux premières étapes de la Minga de Montaña, une communauté de pratique qui rassemble divers projets de gestion du paysage et parties prenantes, servant de MSF pour la coordination, le partage des connaissances et la collaboration entre les différentes initiatives dans la région. En s’engageant dans cette communauté de pratique, le projet évite les chevauchements, tire profit des expériences des autres et contribue au développement d’approches efficaces en matière de gestion du paysage. Ce réseau de collaboration renforce l’impact global et les résultats des projets de gestion des paysages, en promouvant des approches intégrées et holistiques du développement durable.

Solutions et outils techniques

Le projet Paisajes Andinos fait preuve de qualités exceptionnelles en matière de suivi et d’évaluation, en s’appuyant sur une série d’outils et de technologies de pointe pour collecter, analyser et interpréter les données. Un aspect notable est l’utilisation par le projet des outils du Système d’accès, de traitement et d’analyse des données d’observation de la Terre pour la surveillance des terres(SEPAL) pour l’analyse des données satellitaires. En exploitant la puissance de l’imagerie satellitaire, le projet peut surveiller les changements de la couverture terrestre, la santé de la végétation et d’autres indicateurs environnementaux. Les outils SEPAL permettent au projet d’accéder à des données en temps quasi réel, ce qui facilite l’identification des zones nécessitant une intervention et fournit des informations précieuses pour la gestion adaptative.

En outre, le projet utilise KoboToolbox, une plateforme de collecte de données à code source ouvert, pour recueillir efficacement des informations sur le terrain. Grâce à cet outil, le personnel du projet et les membres de la communauté peuvent collecter des données d’enquête, suivre les progrès et contrôler les indicateurs de manière systématique et rationalisée. L’interface conviviale et les formulaires personnalisables de KoboToolbox améliorent la qualité des données et permettent de les analyser en temps réel, donnant au projet des informations actualisées pour la prise de décision.

En outre, Paisajes Andinos utilise efficacement OpenForis, une suite d’outils logiciels libres pour la collecte et l’analyse de données environnementales. OpenForis facilite la conception d’enquêtes complexes, permet un échantillonnage systématique et soutient la validation des données et le contrôle de la qualité.

Le projet bénéficie également de SAP Crystal Reports, une plateforme de visualisation et d’analyse des données. Crystal permet à l’équipe du projet de transformer des données complexes de suivi et d’évaluation en représentations visuelles claires et compréhensibles, telles que des cartes interactives, des graphiques et des diagrammes. Ces visualisations facilitent l’interprétation des données, la communication et le partage des connaissances entre les parties prenantes du projet et les décideurs, ce qui favorise la prise de décision fondée sur des données probantes et la promotion de la transparence.

En tirant parti de ces outils, le projet garantit la précision et la fiabilité de la collecte des données relatives à la biodiversité, au couvert forestier et à d’autres paramètres environnementaux, contribuant ainsi à des processus de suivi et d’évaluation solides. En exploitant leurs capacités, le projet Paisajes Andinos fait preuve d’un engagement fort en faveur de l’utilisation des technologies de pointe dans ses efforts de suivi et d’évaluation.

En savoir plus sur ce projet

L’un des principaux atouts du projet Paisajes Andinos réside dans son travail sur les chaînes de valeur productives et durables, dont un exemple notable est l’accent mis sur la production de panela biologique, un sucre de canne non raffiné. Le projet fournit un soutien infrastructurel essentiel pour permettre aux agriculteurs de se qualifier en tant que producteurs de panela biologique, y compris l’amélioration des fours pour des processus de production plus efficaces. En outre, le projet encourage la diversification des produits en soutenant la production d’autres cultures à côté de la panela. Cette diversification n’ajoute pas seulement de la valeur à l’offre des agriculteurs, mais contribue également à leur résilience globale. Le projet promeut des pratiques de production durables, telles que la récolte sélective et des approches respectueuses de l’environnement, tout en proposant des programmes de renforcement des capacités et de formation afin d’améliorer les compétences et les connaissances des agriculteurs. En outre, grâce à la certification biologique et à la collaboration, le projet facilite l’accès au marché international pour la panela biologique, créant ainsi des opportunités de marché plus larges pour les agriculteurs et augmentant leur potentiel de revenus.


🇭🇳 Honduras : Mi Biósfera

A propos de ce projet

Le projet de gestion intégrée de la biosphère de Río Plátano (Mi Biósfera) vise à protéger la réserve de biosphère de Río Plátano, qui est l’une des dernières forêts tropicales humides d’Amérique centrale et qui est riche en biodiversité. L’objectif de Mi Biósfera est de réduire la déforestation, de protéger la biodiversité et d’améliorer la sécurité alimentaire dans une zone pilote de la réserve de biosphère. Il se concentre sur la promotion de systèmes de gestion durable et intégrée des paysages par le biais de chaînes de valeur agricoles et d’approches de déforestation zéro.

Le projet est divisé en cinq composantes, notamment le renforcement de la gestion des paysages, la promotion des chaînes de valeur de l’élevage et du café, la mise en œuvre d’un mécanisme de financement climatique, la restauration des zones forestières dégradées et la production de connaissances liées au climat, à la biodiversité et aux moyens de subsistance.

Coordonné par l’Institut national hondurien pour la conservation et le développement des forêts, des zones protégées et de la faune sauvage, le projet implique plusieurs institutions, dont l’Université panaméricaine d’agriculture Zamorano, la Fondation hondurienne pour le développement des entreprises rurales, l’Université nationale d’agriculture et le Bureau présidentiel pour le changement climatique, Climate Plus.

Éléments clés de la GIP

Identification des parties prenantes

Informations préliminaires L’équipe a utilisé une méthodologie appelée « cartographie des acteurs clés » pour recenser les acteurs clés des interventions du projet Mi Biósfera. Il s’agit d’une méthode d’évaluation rapide qui permet à l’équipe de comprendre, de manière simple, les réalités sociales dans lesquelles le projet est immergé, les acteurs potentiels présents sur un territoire, la manière dont ils interagissent les uns avec les autres, leurs croyances, valeurs et comportements et la manière dont ils sont définis, ainsi que leurs perceptions et leur influence sur la mise en œuvre de dans le cadre du projet Mi Biósfera. .

Gestion itérative et adaptative

Le projet Mi Biósfera bénéficie également de l’intégration de la recherche scientifique et du suivi. En collaborant avec des universités, des instituts de recherche et des experts en environnement, le projet a accès à des connaissances et à une expertise de pointe dans le domaine de la conservation et du développement durable. Cette approche scientifique permet de prendre des décisions fondées sur des données probantes et d’évaluer en permanence les résultats des projets. Des systèmes de suivi sont en place pour évaluer l’efficacité des mesures de conservation, identifier les nouveaux défis et adapter les stratégies en conséquence. L’intégration de la recherche et du suivi permet au projet de rester adaptable et de répondre à l’évolution des besoins de l’écosystème et des communautés qu’il dessert. Il constitue également une plate-forme précieuse pour l’échange de connaissances et la diffusion des meilleures pratiques, tant au Honduras qu’à l’échelle mondiale, contribuant ainsi au domaine plus large de la conservation et du développement durable.

En savoir plus sur ce projet

L’un des points forts du projet Mi Biósfera réside dans son travail sur l’élevage productif de bétail sans déforestation. En mettant en œuvre des techniques et des pratiques innovantes, le projet a permis de réduire les émissions de carbone liées à l’élevage bovin. Grâce à des mesures telles que le pâturage tournant et une meilleure gestion des pâturages, le projet a minimisé l’impact environnemental de l’élevage bovin tout en maintenant des niveaux de productivité élevés. L’adoption de câblages durables et de panneaux solaires pour l’approvisionnement en énergie des exploitations d’élevage a permis de réduire encore la dépendance aux combustibles fossiles et de contribuer à la diminution des émissions de carbone. Ces pratiques agricoles intelligentes sur le plan climatique ont démontré l’efficacité de l’utilisation des terres, permettant d’augmenter les taux de charge du bétail sans compromettre la durabilité de l’environnement.

Des exploitations modèles ont été créées pour présenter ces pratiques comme des exemples de meilleure gestion des ressources, ce qui incite d’autres agriculteurs à adopter des approches agricoles similaires, durables et intelligentes sur le plan climatique. Le projet a même fait état de résultats positifs dans la mesure où au moins deux fermes modèles, Las Marías de Miguel Arias et Río Negro-Pisijire de Ramón Santos, présentent un bilan carbone négatif. Parmi les autres résultats positifs, citons l’amélioration de la qualité des sols, le renforcement de la conservation de l’eau et l’augmentation des revenus des agriculteurs, le tout avec des coûts humains et financiers moindres.

En savoir plus sur l’élevage durable de bovins en Amérique latine et dans les Caraïbes.


🇯🇲 Jamaïque : des collines à l’océan (H20)

A propos de ce projet

Le projet « A Jamaican Path from Hills to Ocean  » vise à accroître la résilience au changement climatique et à réduire la pauvreté grâce à une gestion intégrée et durable des paysages dans trois unités de gestion des bassins versants (UBV) sélectionnées. Son objectif est de soutenir les organisations communautaires, notamment les agriculteurs, les pêcheurs, les entrepreneurs et les groupes environnementaux, dans l’amélioration de leur gestion et de l’intendance des zones ciblées. Un aspect essentiel de l’objectif du projet est de remédier aux effets négatifs de l’agriculture à flanc de coteau, tels que l’érosion des sols et les glissements de terrain pendant la saison des pluies.

Exécuté par l’Institut de planification de la Jamaïque, la mise en œuvre technique du projet est assurée par l’Autorité de développement agricole rural et la Division des jardins publics, qui dépendent toutes deux du ministère de l’agriculture et de la pêche, ainsi que par l’Agence nationale de l’environnement et de la planification.

Élément clé de la GIP

Institutionnalisation

L’une des principales caractéristiques du projet H2O réside dans l’implication des principales agences de mise en œuvre qui possèdent des mandats d’action politique dans les paysages. Des agences telles que l’Agence nationale de planification de l’environnement, le Département des forêts et la Division de la pêche disposent de l’autorité et de l’expertise nécessaires pour faire appliquer les réglementations et les lignes directrices relatives à la gestion durable des ressources. En s’appuyant sur leur légitimité et leur capacité institutionnelle, ces agences jouent un rôle clé en rassemblant les parties prenantes, y compris les communautés locales, les entreprises et les organisations de la société civile. Grâce à des plateformes de collaboration et à des processus participatifs, ils facilitent le dialogue, créent un consensus et promeuvent des pratiques durables. La participation des agences garantit l’alignement des politiques et des actions dans les différents secteurs, ce qui favorise une approche holistique et intégrée de la gestion des paysages.

En savoir plus sur ce projet

Au cours de ses phases initiales, le projet H2O a procédé à une évaluation écologique rapide (REA) par l’intermédiaire de l’Université des Indes occidentales (Mona). Cette évaluation s’est concentrée sur la compréhension de la dynamique et de la santé des écosystèmes dans les UGF sélectionnées. Il fait référence à l’activité des parties prenantes à l’origine de la dégradation ainsi qu’aux parties prenantes touchées par les tendances à la dégradation. L’EER a fourni des données sur le niveau de « résilience » des informateurs interrogés dans chacune des UGF. Cette évaluation a servi de base à l’identification des domaines prioritaires pour les efforts d’intervention du projet.


OECO : OECO-GIP

A propos de ce projet

Ce projet, mis en œuvre par l’Organisation des États des Caraïbes orientales (OECO) et ses États membres, comprend neuf projets individuels adaptés aux situations uniques de chaque île. Parmi ceux-ci, trois (à Anguilla, à la Dominique et à la Grenade) sont classés comme projets de GIP, tandis que six (à Antigua-et-Barbuda, aux îles Vierges britanniques, à Montserrat, à Saint-Kitts-et-Nevis, à Sainte-Lucie et à Saint-Vincent-et-les-Grenadines) sont classés comme projets de gestion durable des terres.

L’objectif principal est de relever des défis tels que la dégradation des sols, la déforestation et la perte de biodiversité, en mettant l’accent sur la promotion de pratiques de gestion durable des sols et sur l’amélioration de la résilience des écosystèmes. Le projet global vise à optimiser la contribution des terres à l’agriculture, à la sécurité alimentaire, à l’atténuation du changement climatique et à l’adaptation à celui-ci, tout en préservant les services écosystémiques et en améliorant la qualité de vie des parties prenantes, y compris les agriculteurs locaux et les communautés dans les bassins hydrographiques et les sites géographiques sélectionnés.

Élément clé de la GIP

Institutionnalisation

Une caractéristique remarquable du projet OECO-GIP est son approche globale qui couvre neuf initiatives dans les petits États insulaires en développement. Chaque initiative est conçue pour s’attaquer à des problèmes spécifiques liés à la dégradation et à la gestion durable des terres, en recourant à des stratégies et à des interventions personnalisées basées sur les besoins et les défis propres à chaque île. Cette diversité de projets permet d’améliorer l’efficacité et la pertinence de l’ensemble du programme, car elle tient compte des caractéristiques et des exigences propres à chaque île participante.

En savoir plus sur ce projet

Reconnaissant le potentiel important des systèmes agroforestiers, le projet OECO-GIP met particulièrement l’accent sur leur application dans des pays comme Sainte-Lucie et la Grenade, où ils peuvent contribuer à atténuer les risques liés à l’agriculture à flanc de colline et à l’érosion des sols, en particulier dans les zones sujettes aux ouragans. Ces systèmes offrent la possibilité d’exploiter les avantages des arbres et des cultures pérennes dans les paysages agricoles.

À la Grenade, le projet se concentre sur la promotion de systèmes agroforestiers qui soutiennent la culture de produits de valeur tels que la noix de muscade, le cacao et d’autres espèces, qui sont bien adaptés aux conditions locales et ont une importance économique. De même, à Sainte-Lucie, l’initiative vise à mettre en place des options agroforestières pour diversifier les systèmes agricoles existants, qui sont actuellement dominés par des monocultures de dasheen. En outre, Sainte-Lucie prévoit de créer un parc agro-touristique, afin de diversifier davantage les sources de revenus et de promouvoir des pratiques durables d’utilisation des terres.

Newsletter #4 | Mai 2023

Lire la quatrième édition de notre lettre d'information

Des nouvelles utiles : notre bulletin d’information regorge de ressources, d’outils et de connaissances en matière de gestion intégrée du paysage :

  • 🇪🇺 Conversations avec certains des maîtres d’œuvre de notre programme à Bruxelles
  • 🛠️ De nouvelles ressources et de nouveaux outils pour vos projets sur le terrain
  • 👀 Un examen plus approfondi des outils de basse technologie (l’herbe !) et de haute technologie (la compensation des émissions de carbone 😳) que vous pourriez vouloir utiliser.
  • 🇲🇺 Réflexions sur notre projet à l’île Maurice

Si nous n’obtenons pas l’adhésion des citoyens, nous ne pourrons pas atteindre le type d’objectifs que nous avons fixés à l’origine pour le paysage. Cela ne se produira pas si nous ne parvenons pas à asseoir tout le monde autour de la même table – la même table virtuelle, si vous voulez – et à nous mettre d’accord sur certaines des visions fondamentales de ce qui va être fait dans le paysage.

– Niclas Gottmann, chargé de mission « Terre et environnement », DG INTPA, Commission européenne

PLEINS FEUX SUR LES ÉVÉNEMENTS

Terrain d’entente à Bruxelles

La composante centrale a animé une session lors de la semaine INTPA-NEAR 2023 de la Commission européenne consacrée à l’environnement et au changement climatique, qui s’est tenue à Bruxelles le mois dernier. Intitulée « Common Ground », la présentation de Kim Geheb a mis en évidence le potentiel et les réalités de la gestion intégrée du paysage, en présentant des exemples tirés de plusieurs projets du cadre stratégique pour l’agriculture.

Le lendemain, Kim s’est entretenue avec Bernard Crabbé et Niclas Gottmann de la Commission européenne pour discuter de la manière dont une approche GIP peut être appliquée à l’ensemble de la programmation de la Commission européenne. Il a commencé par demander à chacun d’eux quelles étaient leurs principales impressions de la session.

Je dirais que la force de ces approches paysagères. Nous avons pu voir comment ils débloquent réellement les processus de développement dans différents endroits. Il était étonnant de voir la diversité des points de vue sur ce sujet, qui reflète évidemment la diversité des contextes dans ces différents pays.

– Bernard Crabbé, Responsable de l’environnement et du mainstreaming, DG INTPA, Commission européenne

Nous avons parfois tendance à penser de manière assez linéaire, de A à B : nous avons un plan, nous allons le mettre en œuvre et voici quels seront les résultats. Au lieu de cela, je pense que nous devons être plus conscients du fait que nous devrons, à un moment ou à un autre, retourner à la planche à dessin avec les informations que nous recevons de toutes les personnes impliquées, en veillant à ce que tout le monde puisse s’exprimer. Et prendre ce retour d’information au sérieux : s’y engager honnêtement. Nous allons ensuite nous adapter afin d’obtenir un résultat qui profite à toutes les parties concernées.

– Niclas Gottmann, chargé de mission « Terre et environnement », DG INTPA, Commission européenne

NOUVELLES DU PROGRAMME

Des paysages pour notre collaboration

Nous sommes ravis d’annoncer un nouveau partenariat avec une initiative qui nous a impressionnés et dont nous avons promu les publications. « 1000 paysages pour 1 milliard de personnes (1000L) est une initiative de la Commission européenne. une collaboration radicale d’agents de changement travaillant ensemble pour accélérer les efforts déployés dans les paysages afin de soutenir et de restaurer les écosystèmes, de renforcer la prospérité rurale et de lutter contre le changement climatique », telle est la description de l’initiative sur le site web de l’Union européenne (UE). son site web. Et c’est exactement ce que nous prévoyons de faire ensemble. 😀

Il existe d’énormes synergies et des domaines d’intérêt qui se renforcent mutuellement entre nous et le programme 1 000L – notamment parce que nous semblons tous deux partager les mêmes idées sur la manière de faire de l’ILM et de contribuer à la durabilité mondiale et à la lutte contre le changement climatique. Pour nous, c’était une évidence de faire équipe avec eux, afin que ce que nous faisons tous les deux aille plus loin et ait un meilleur impact, et que nous apprenions l’un de l’autre.

Kim Geheb, coordinateur de la composante centrale, Landscapes For Our Future (Paysages pour notre avenir)

Votre centre de connaissances

ILM n’est pas né de la dernière pluie. Il existe un nombre important et croissant de connaissances et de ressources disponibles, et nous aimerions vous orienter dans la bonne direction pour trouver ce que vous avez besoin de savoir aussi rapidement et facilement que possible. Des publications universitaires aux nouvelles d’autres projets, en passant par les réflexions sur le terrain, les interviews et les webinaires, une mine de connaissances vous attend.


La photothèque de notre programme vient d’être lancée

Que vous ayez besoin de trouver rapidement des images pour illustrer le concept d’ILM, ou que vous cherchiez un lieu de stockage sûr pour les images de votre propre projet, ce coffre-fort et cette bibliothèque publique sont faits pour vous.

Il s’agit d’un travail en cours et vous êtes invités à y collaborer. N’hésitez pas à télécharger les images de la bibliothèque publique ou à envoyer un courriel à Dominique le Roux pour demander l’accès à des installations de stockage privées pour votre projet ou votre équipe.


CONNAISSANCES

Caractéristique de l’ILM : outils

Les outils sont peut-être la dimension la plus évidente de la gestion intégrée du paysage – en tant que composante centrale, nous en avons identifié six que nous considérons comme essentiels(voici un bref aperçu sur YouTube) – mais ils ne sont qu’un moyen de parvenir à une fin. Des interventions et des techniques techniques sont nécessaires pour soutenir les processus de GIP, généralement pour permettre l’évaluation et le suivi, mais plus particulièrement pour fournir aux processus de GIP les connaissances nécessaires pour permettre la délibération, la prise de décision et l’action.

Ils sont particulièrement importants pour l’établissement de données de référence – tant sociales que biophysiques – permettant aux initiatives de GIP d’évaluer les progrès accomplis et de procéder aux ajustements nécessaires. Des outils peuvent être utilisés pour surveiller et évaluer les paramètres biophysiques – par exemple la télédétection et l’analyse SIG associée pour évaluer l’occupation des sols, les systèmes hydrologiques ou les stocks et flux de carbone. Elles peuvent également être déployées en tant que méthodologies et approches pour déterminer les paysages sociaux, politiques ou culturels, ou les différences entre les perceptions des parties prenantes à cet égard.

En outre, les outils peuvent inclure les techniques déployées pour obtenir et permettre la co-création par les parties prenantes, ou la collaboration.

Il y a ensuite les outils qui permettent de conserver ou d’obtenir des ressources. Dans les exemples ci-dessous, nous examinons deux outils qui se situent à des extrémités très différentes du spectre de la complexité :

  • l’utilisation faussement simple des haies d’herbe dans la prévention de la perte de sol, et
  • le monde extrêmement complexe du financement de projets par le biais de la comptabilité carbone.

🛠️ Outil simple : l’herbe comme haie

Une longue ligne d’herbe peut-elle servir de protection contre l’érosion ? La politique zimbabwéenne de ces 25 dernières années a été largement définie par la terre. Il est donc compréhensible que la confiance ait été faible lorsqu’un ancien agriculteur est arrivé et a commencé à planter du vétiver(Chrysopogon zizanioides) sur des terres communales. Comme nous l’avons constaté lors de notre visite, cet outil de prévention des pertes de sol semble donner des résultats. Pourrait-il en être de même pour vous ?


🛠️ Outil complexe : la comptabilité carbone

C’est un champ de mines, cette affaire de réduction des émissions de carbone, n’est-ce pas ? Alors que vous étiez en train de vous familiariser avec REDD+ et son potentiel de financement de votre projet de gestion intégrée du paysage, The Guardian est arrivé et a tout réduit en miettes. Faut-il persister ou renoncer ? En tant que composante centrale de Landscapes For Our Future, nous ne pouvons pas répondre à cette question pour vous, mais nous pouvons vous fournir un ensemble d’informations qui pourraient vous aider à tracer un chemin à travers les ruines.


RÉFLEXIONS SUR LE TERRAIN

De la crête au récif

Bien que l’île Maurice soit réputée pour ses eaux cristallines et ses plages de sable blanc, les membres de la composante centrale qui s’y sont rendus au début de l’année n’étaient pas là pour se reposer, mais plutôt pour s’inspirer du projet Ridge to Reef (R2R) qui commence tout juste à prendre de l’ampleur. Khalil Walji explique comment les six dimensions clés de l’ILM prennent forme et comment elles permettent à l’équipe de l’Autorité de conservation des parcs nationaux de restaurer et d’accroître la couverture forestière indigène dans toute l’île.


PUBLICATION EN VEDETTE

Outil d’évaluation de la santé des terres et des sols

Le cadre de surveillance de la dégradation des terres (LDSF) est une méthode simple, pratique, mais complète et scientifiquement solide, développée par des scientifiques du CIFOR-ICRAF, qui fournit un protocole de terrain basé sur la science pour mesurer les caractéristiques des terres et des sols, ainsi que la composition de la végétation et l’état de dégradation des terres au fil du temps.

La gestion intégrée du paysage (GIP) fait partie intégrante des programmes ambitieux de l’Union européenne (UE) pour l’après-2020 en matière de biodiversité et de systèmes alimentaires, ainsi que de son engagement envers l’Accord de Paris et les Objectifs de développement durable. Les approches GIP facilitent en outre une relance verte inclusive compatible avec le Green Deal de l’UE. En 2019, l’UE a lancé le programme quinquennal « Paysages pour notre avenir », qui soutient désormais 22 projets GIP, couvrant 19 pays et 3 sous-régions du Sud.

Vous souhaitez modifier la façon dont vous recevez ces courriels ?
Vous pouvez mettre à jour vos préférences ou vous désinscrire

Newsletter #2 | Septembre 2022

Lire la deuxième édition de notre lettre d'information

La GIP est une approche critique car elle reconnaît les intérêts divergents des différents groupes d’acteurs et d’utilisateurs lorsqu’il s’agit de gérer les paysages de manière durable.

Nous savons qu’il existe des intérêts divergents en matière de biodiversité, de production agricole, de conservation, de moyens de subsistance, de gouvernance… L’ILM s’efforce de créer un cadre qui nous permette de trouver des synergies et des avantages entre ces différents principes.

Leigh Ann Winowiecki

CONNAISSANCES

6 caractéristiques des
Gestion intégrée du paysage

Le volet central vise à fournir des stratégies, des pratiques et des données probantes pour aider les acteurs de terrain et les décideurs politiques à développer et à étendre des solutions paysagères plus efficaces et plus inclusives. L’équipe du CC rédigera et partagera toutes sortes de lignes directrices, de cadres, de documents et d’outils de notre part, et vise à partager les connaissances fondamentales sur l’ILM. Pour l’instant, allons à l’essentiel : voici un aperçu des principes de base de l’ILM.

Lesquelles de ces 6 caractéristiques ILM sont essentielles pour votre projet ? Quelle est leur importance selon vous ? Dites-le nous dans le Forum.


NOUVELLES

Parlons-en. Rejoignez-nous dans le Forum des paysages

Grande nouvelle : nous avons parlé d’un espace en ligne spécialement conçu pour vous permettre de partager des idées et des bonnes pratiques, d’apprendre d’autres praticiens et de vos pairs, de poser des questions et de demander des conseils. Enfin, c’est ici, et vous êtes invités.

Rejoignez-nous dans le Forum des paysages pour des discussions publiques et en coulisses… Suivez les conversations des autres ou lancez la vôtre. Lisez ou regardez les dernières réflexions sur l’ILM. Continuez : utilisez le forum comme un outil d’assistance où vous pouvez poser vos propres questions et répondre à celles des autres. L’équipe de la composante centrale anime activement les discussions et sera disponible pour répondre aux questions clés et aux demandes d’assistance technique.

Exprimez-vous. Nous sommes prêts.

Vous pouvez également y accéder à partir de la page d’accueil de notre site web, où vous pouvez vous inscrire (n’hésitez pas à le faire) ou assister aux discussions publiques en tant qu’invité.


RÉFLEXIONS SUR LE TERRAIN

La maison sur la chaîne de montagnes

Nous n’aurions pas pu demander un accueil plus chaleureux – ou plus accommodant – que celui que nous avons reçu en avril dans le Kenya magique, lorsque le programme RangER (Kenya Rangelands Ecosystem Services pRoductivity) a accueilli des membres de la composante centrale pour notre première mission d’apprentissage.

Nous avons rapidement découvert que l’amélioration des conflits dans la région était l’un des principaux objectifs de RangER, qui identifie une relation claire entre les moyens de subsistance, la dégradation de l’environnement et les conflits dans le triangle d’Amaya, une mosaïque de prairies de savane, d’arbustes et de zones boisées au nord du mont Kenya.

La région abrite des conservatoires privés et communautaires qui soutiennent à la fois la production de bétail et la conservation de la faune et de la flore. Les changements croissants dans l’utilisation des terres, qui s’éloignent des parcours pastoraux au profit de la production agricole et de l’habitat, ont entraîné des groupes de problèmes liés à l’insécurité, aux conflits pour les ressources, à la pauvreté, à l’insécurité alimentaire, à l’exclusion sociale et à la grave dégradation des ressources naturelles. Les sécheresses fréquentes et le changement climatique, associés à la croissance de la population humaine et du bétail, ont exacerbé cette situation.

L’ILM peut-elle contribuer à résoudre ces problèmes ?


PLEINS FEUX SUR LES ÉVÉNEMENTS

Semaine de la science 2022

En juin, nous avons célébré la Semaine de la science 2022 au CIFOR-ICRAF, avec plus de 500 scientifiques sur le campus entre Nairobi et Bogor.

C’était la première occasion de rencontrer (presque) toute l’équipe de Landscapes For Our Future pour discuter de l’avenir des approches intégrées du paysage (AIP) et poser la question suivante :  » S’agit-il d’un vieux vin dans de nouvelles bouteilles ? Une autre mode de développement ? Ou sont-elles une solution réalisable aux défis climatiques et de développement à l’échelle du paysage ? »

Donnez votre avis…


PUBLICATION EN VEDETTE

Le petit livre des paysages durables

Voici un petit quelque chose qui a nourri nos esprits autour de GIP dans le passé. Ce vieux truc est toujours bon ?

Publié en 2015, Le Petit livre des paysages durables reste une pièce de notre mosaïque de compréhension – un volume fondamental écrit par des penseurs qui restent très engagés dans l’espace paysager aujourd’hui. Bien entendu, notre réflexion sur l’ILM a beaucoup évolué au cours des sept dernières années : nous sommes passés d’une approche biophysique, technocratique et descendante à une approche d’origine plus organique, mais aussi plus ambiguë et plus complexe.

Donnez votre avis : Qu’avez-vous appris de cette publication ? Selon vous, qu’est-ce qui a changé depuis sa publication ?

La gestion intégrée du paysage (GIP) fait partie intégrante des programmes ambitieux de l’Union européenne (UE) pour l’après-2020 en matière de biodiversité et de systèmes alimentaires, ainsi que de son engagement envers l’Accord de Paris et les Objectifs de développement durable. Les approches GIP facilitent en outre une relance verte inclusive compatible avec le Green Deal de l’UE. En 2019, l’UE a lancé le programme quinquennal « Paysages pour notre avenir », qui soutient désormais 22 projets GIP, couvrant 19 pays et 3 sous-régions du Sud.